Expert immobilier Expert immobilier
Expertises Diagnostics Autres missions Experts immobiliers Qui sommes-nous ?
MENU

Diagnotic Plomb

plomb

Le Diagnostic Plomb, ou Constat de Risque d’Exposition au Plomb (CREP), est un diagnostic obligatoire pour tout bien immobilier ayant été construit avant le 1er janvier 1949, date à laquelle l’utilisation du plomb a été interdite. Il est à joindre aux diagnostics immobiliers qu’il est nécessaire de remettre au moment de la signature d’un compromis de vente ou d’un bail.

Le Diagnostic Plomb : une obligation ?

Le diagnostic plomb est un document à fournir dans le cadre d’une vente mais également en cas de location d’un bien immobilier. Lorsqu’il s’agit d’une copropriété, ce compte rendu portera aussi bien sur les parties privatives de ce dernier que sur les parties communes. Le but d’une telle mesure est de prévenir les risques d’intoxication au plomb que l’on appelle également saturnisme et dont les effets peuvent être particulièrement dramatiques chez les enfants et les femmes enceintes.

Bon à savoir : dans le cadre d’une vente immobilière, ce diagnostic doit être réalisé une année au maximum avant de la date de signature de l’acte de vente. Si aucune trace de plomb n’a été détectée, le diagnostic négatif est valable à vie et n’aura pas à être renouvelé à l’avenir.

À qui le confier ?

Vous pouvez confier votre diagnostic plomb à l’un de nos experts immobilier certifiés. À l’aide d’un appareil à fluorescence X, ce dernier viendra analyser chaque élément susceptible de contenir du plomb, soit aussi bien les revêtements intérieurs que les revêtements extérieurs. Les peintures, les tapisseries, les volets, les grilles pourront ainsi faire l’objet d’une vérification. Suite à cet examen, chaque élément contenant plus d’un milligramme de plomb par cm² sera notifié dans un rapport personnalisé. Ce document a pour vocation d’encourager les propriétaires à effectuer les travaux nécessaires afin de supprimer tous les risques. Lorsqu’ils n’envisagent pas d’assurer la gestion de ces derniers, ces derniers sont évidemment tenus d’en informer le nouvel acquéreur qui, quant à lui, achètera le bien en connaissance de cause.